• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
camera des champs. © inra, G Paillard

Vidéos et multimédia

Une exposition...

"herbes sauvages des champs : bonnes ou mauvaises ?"

Mis à jour le 17/02/2016
Publié le 11/02/2013

Même si la biodiversité reste un processus complexe mal connu, les recherches récentes montrent son rôle actif dans le maintien des équilibres écologiques et économiques. Les relations entre agriculture et biodiversité constituent une thématique de recherche actuelle.

On trouve les mauvaises herbes ou adventices dans tous les milieux gérés par l’homme. Atteignant des densités étonnantes si on ne réussit pas à les contenir, elles affectent le développement des cultures et génèrent des pertes de récolte importantes. Chaque hectare cultivé héberge en moyenne 50 millions de semences enfouies dans le sol, presque la population française dans chaque hectare. A l’opposé, du fait de l’efficacité des pratiques culturales de notre agriculture moderne, certaines sont devenues rares ou sont actuellement en voie d’extinction. Or on sait qu’elles ont aussi un rôle fonctionnel important dans les écosystèmes.

Réalisée conjointement entre l'INRA et le Museum de Dijon, l'exposition (version pour l'extérieur) a été présentée au public dans plusieurs villes de Bourgogne. Une version itinérante existe sur totems autoportants. Elle est structurée en trois parties : des éléments d'introduction et de biologie, des éléments de botanique (les adventices dans les différents milieux), des éléments sur les modes de production agricole passés et actuels.

L’Unité mixte de recherche « agroécologie » de Dijon contient un pôle adventices (mauvaises herbes), avec des activités centrées sur la connaissance des adventices et de leur gestion. C’est une UMR entre trois partenaires : INRA, AgroSup Dijon et université de Bourgogne. Les recherches associent des travaux de génétique, d’agronomie et d’écologie. Elles visent à étudier le fonctionnement des populations et des communautés d’adventices et leur réponse adaptative en réaction aux modes de production agricole. Rendre compatibles les objectifs d’une production agricole suffisante, permettant aux agriculteurs d’en vivre, avec la protection de la diversité et la qualité des territoires est un des enjeux des travaux.

Prêt : informations auprès de Gérard Simonin, webdijon[at]dijon.inra.fr ; téléchargement du fichier optimisé pour le web : attention ce document est soumis à des droits d'auteurs, se renseigner

 

Voir la brochure  : Exposition "Herbes sauvages des champs : bonn

 

  couverture de l'exposition "herbes sauvages, bonnes ou mauvaises ?". © inra, G Simonin
couverture de l'exposition "herbes sauvages, bonnes ou mauvaises ?" © inra, G Simonin