• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
camera des champs. © inra, G Paillard

Vidéos et multimédia

Une autre économie de la nature ? Une autre nature de l’économie ? Conférence Sciences en Questions 2015

Franck Dominique Vivien,
Le mardi 7 avril à 14h00
Centre Inra de Dijon, Salle de conférences

Mis à jour le 17/02/2016
Publié le 24/02/2015

De longue date, la science écologique se pense comme une « économie de la nature ». Cette perspective a connu une évolution notable avec la reconnaissance de la crise environnementale, quand certains écologues ont été tentés de faire de leur discipline une science de la décision. Parmi les différentes options épistémologiques qui s’offrent à elle pour ce faire, celle qui a pris une importance grandissante avec le temps est celle qui vise à construire une « économie élargie » et à adopter les concepts et théories de l’analyse économique standard. La notion de « service écosystémique », dont on connaît l’extraordinaire diffusion depuis une décennie, symbolise et, en même temps, favorise ce que certains naturalistes désignent comme une « nouvelle économie de la nature ». Elle renvoie aux idées qu’il y a, en amont, un « capital naturel » qui dispense ces « services ». Cette conception prétend pallier les inefficiences de la prise en charge des ressources naturelles vues comme des « biens publics » souffrant d’« externalités négatives ». Ces inefficiences disparaîtraient grâce au recours à des évaluations monétaires permettant d’intégrer ces services écosystémiques dans la sphère de la décision publique ou privée. Sciemment ou non, les chercheurs ou gestionnaires engagés dans une telle perspective légitiment une certaine nature de l’économie.

Or, au sein de la discipline économique, il existe d’autres lectures possibles, d’autres analyses susceptibles d’être développées pour rendre compte de nos relations à la biosphère. En d’autres termes, c’est une autre nature de l’économie qu’il convient de mettre en lumière pour aider à penser une autre économie de la nature. Dans cette optique, on propose de mobiliser le concept économique de patrimoine pour opérer un déplacement des questionnements et recommandations habituels de l’analyse économique de l’environnement. C’est le cas, d’abord, dans le domaine des droits de propriété, puisque la notion de patrimoine collectif ouvre sur la perspective de la gestion des « biens en commun », en mettant l’accent sur le mélange d’être et d’avoir qui structurent certaines de nos relations à l’environnement. C’est, ensuite, le cas dans le domaine de l’évaluation économique de l’environnement, en relativisant le recours à l’évaluation monétaire, qui n’apparaît plus que comme une des rhétoriques possibles de l’institution de la délibération publique, et en ouvrant sur la nécessité d’user autres types de critères ou d’indicateurs environnementaux (portant, par exemple, sur les flux matériels ou énergétiques) pour nourrir celle-ci.

 

Télécharger le document de présentation : 

  Conference Science en questions - FD Vivien

 

Courte biographie

Maître de conférences en économie à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Membre du laboratoire REGARDS d’économie et de gestion de cette même université (EA 6292).

Il a fait sa thèse, « Sadi Carnot, ingénieur-économiste. A la recherche d’un paradigme perdu : économie, thermodynamique, écologie », à l’Université de Paris 1, sous la direction de René Passet. Au cours de cette période, il devient membre du Centre Economie Espace Environnement (C3E) de Paris 1. Il travaille alors sur les conséquences économiques de l’adoption du Protocole de Montréal qui vise à la protection de la couche d’ozone. En 1992, il est nommé maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et devient membre du laboratoire d’économie et de gestion de cette université. Ses travaux de recherche vont alors porter sur le régime international de lutte contre l’érosion de la biodiversité. Entre 1998 et 2002, il est nommé chargé de mission pour les Sciences de l’Homme et de la Société au Programme « Environnement » du CNRS. Il travaille aussi, depuis sa thèse, sur la problématique du développement soutenable. Depuis quelques années, il a ouvert deux autres chantiers relatifs à la gestion de l’eau et à la chimie verte.

 

Eléments de bibliographie

Calvo-Mendieta I., Petit O., Vivien F.-D. (2014) « Patrimoine, bien commun et capital naturel : débat conceptuel et mise en perspective dans le domaine de la gestion de l’eau », Economie appliquée, t. LXVII, n°4, pp. 101-124.

Vivien F.-D., Lepart J., Marty P. (éds) (2013) L'évaluation de la durabilité, Paris, Ed. Quae/NSS Dialogues, coll. « Indisciplines ».

Vivien F.-D. (2009) « Pour une économie patrimoniale des ressources naturelles et de l’environnement », Mondes en Développement, vol. 37, n°145, pp. 17-28.

Marty P., Vivien F.-D., Lepart J., Larrère R. (éds) (2005) Les biodiversités : objets, théories, pratiques, Paris, CNRS Ed.

Vivien F.-D. (2005) Le développement soutenable, Paris, La Découverte, Coll. Repères, n°425.

Barrère C., Barthélemy D., Nieddu M., Vivien F.-D. (éds) (2005) Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie : une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, L’Harmattan.

Vivien F.-D. (1994) Economie et Ecologie, Paris, Ed. La Découverte, Coll. Repères, n°158.

 

 

Contact : webdijon@dijon.inra.fr

www.dijon.inra.fr