Agroécologie - Réduire l’utilisation des pesticides, c’est possible !

Bilan de 10 ans d’essai de systèmes de culture en protection intégrée sur le Domaine expérimental d'Epoisses : la flore adventice est maîtrisable par les techniques alternatives aux herbicides...

Un colloque sur la conception de systèmes agricoles agroécologiques s'est tenu à l'Inra de Dijon en 2013. Retrouvez la vidéo

outil de desherbage mécanique en protection intégrée. © inra, UE Domaine
Mis à jour le 22/01/2014
Publié le 23/01/2013

Les enjeux actuels de sécurité alimentaire et de la protection de l’environnement imposent de conserver des niveaux de production agricole élevés mais avec le plus faible niveau d’intrants possible.  L’objectif affiché de réduction de 50% d’utilisation de pesticides affiché par le plan Ecophyto 2018 est ambitieux, il ne pourra être atteint que par des modifications des systèmes de cultures actuels. Des directives européennes entrent en vigueur très prochainement. Les apports de l'agroécologie permettent des évolutions substantielles des pratiques de l'agriculture.

Un récent rapport sur l'intérêt de l'agroécologie, remis au Ministre de l'agriculture dernièrement, propose plusieurs pistes : voir le rapport

 

Dans les systèmes testés en protection intégrée par l’Inra Dijon sur le Domaine expérimental d’Epoisses, les résultats montrent qu’il est possible de maîtriser la flore herbicide en ayant peu recours aux herbicides.

 

10 ans d’essai de systèmes de culture en protection intégrée

L’expérimentation systémique de longue durée de Dijon Epoisses a été initiée en 2000. Le dispositif comporte cinq systèmes de culture en plus du système traditionnel : système de protection intégrée (PI) sans labour, système de PI sans désherbage mécanique, système de PI typique, système sans herbicide. La PI repose sur une combinaison de leviers de gestion de la flore adventice, parmi lesquels la diversification des successions culturales, avec introduction de cultures de printemps (orge, tournesol, soja, maïs, sorgho, lupin) et de cultures étouffantes (triticale) en plus du colza, du blé et de l’orge d’hiver qui composent la rotation du système de référence. Le raisonnement du travail du sol pour la gestion du stock de semences du sol, l’esquive des levées d’adventices par des adaptations des dates de semis des cultures, le choix de variétés compétitives et le désherbage mécanique sont d’autres leviers mobilisés dans les stratégies de PI.

 

Une maîtrise satisfaisante des infestations de flore adventice

Les résultats obtenus au cours des 10 années d’essais indiquent que les leviers testés permettent de maîtriser de façon satisfaisante les infestations tout en réduisant de façon importante la dépendance aux herbicides et les impacts environnementaux associés. Les résultats concernant la production de gaz à effet de serre ou la consommation d’énergie restent satisfaisants,  plutôt moindre que dans le système de référence, grâce à la diversification des cultures par des légumineuses ne nécessitant pas de fertilisation azotée. Les stratégies de PI correspondent toutefois à une complexification des systèmes, et certains leviers de gestion des adventices sont délicats à mettre en œuvre en pratique, pour des raisons d’organisation du travail à l’échelle de l’exploitation, notamment.  On note aussi, pour les systèmes de PI testés, une légère baisse de rentabilité économique (de l’ordre de -100 €/ha pour un contexte de prix moyen), liée essentiellement à la faible productivité des cultures de « diversification » incorporées dans le système. Ces résultats soulignent donc l’importance de la problématique de diversification des productions dans une dynamique collective de réduction de l’usage de pesticides.

 

Ces systèmes de culture innovants suscitent l’intérêt des agriculteurs et des acteurs du développement agricole. De nombreux groupes d’agriculteurs et de conseillers ont visité le dispositif et ont pu constater sur le terrain la bonne maîtrise de la flore adventice dans des systèmes très peu consommateurs d’herbicides.

 

Quelles suites pour le  dispositif expérimental ?

L’expérimentation se poursuit avec pour objectif de vérifier que les tendances observées de modification des communautés d’adventices par sélection d’espèces plus adaptées à la protection intégrée ne constituent pas sur le plus long terme un risque de perte de maîtrise des infestations.  Par ailleurs, il est prévu d’élargir la gamme des critères d’évaluation des systèmes, en mesurant notamment les effets sur la biodiversité (vers de terre, carabes, microflore du sol…) et sur les transferts de pesticides vers les eaux souterraines. Les scientifiques cherchent enfin depuis quelques années à évaluer le potentiel de stratégies de semis direct sous couvert pour concilier réduction d’usage d’herbicide, maîtrise des infestations et amélioration du bilan énergétique.

 

Un récent colloque sur la conception de systèmes de culture innovant à l'échelle d'un territoire a permis de faire le point sur le sujet.

Vous pouvez visionner les intervention du colloque, filmé via le soutien du GIS AGRALE, en cliquant ICI

 

Voir la page de présentation de l'UMR Agroécologie

En savoir plus

Qu’est-ce que la protection intégrée ?

La Protection intégrée (PI) contre la flore adventice repose sur des combinaisons de techniques culturales visant à limiter le potentiel d’infestation des adventices dans les cultures en réduisant l’usage de traitements herbicides. Elle correspond à un mode de production agricole souvent considéré comme intermédiaire entre la production intensive à fort niveau d’intrants et l’agriculture biologique qui s’interdit l’usage d’intrants de synthèse. Il s’agit d’employer des méthodes de gestion valorisant les régulations physiques et biologiques pour maîtriser les infestations de bioagresseurs en agissant à différentes étapes de leur cycle de vie. La PI associe et favorise un ensemble de techniques alternatives aux herbicides, à effets partiels et complémentaires. Elle ne s’interdit toutefois pas l’usage ponctuel de produit chimique si nécessaire.

Typiquement, on combine des techniques visant :

  • à  réduire le potentiel d’infestation (stock semencier superficiel),
  • à esquiver les périodes de levée préférentielle des espèces présentes : faux semis,
  • à détruire les plantules levées au cours du cycle cultural, notamment par le désherbage mécanique,
  • à limiter la croissance des adventices.

Prises individuellement, l’ensemble des techniques ne permettent pas d’égaler en efficacité les herbicides. Il faut donc combiner les différentes techniques affectant la démographie des adventices dans un système de culture cohérent et bien connaître les interactions entre techniques pour valoriser d’éventuelles synergies. Les régulations biologiques et physiques sont gérées par des adaptations des pratiques agricoles, raisonnées aussi bien à l’échelle d’une campagne agricole sur une parcelle donnée, qu’à des échelles de temps longues, pluri-annuelles, et des échelles d’espace plus grandes que la simple parcelle.