Le « REVA » prend son envol

Fournir aux agriculteurs et aux professionnels des sols des outils pour diagnostiquer l’état et la qualité biologique des sols : tel est l’objectif du REVA, le Réseau d’expérimentation et de veille à l’innovation agricole. Son développement, auquel contribue l’UMR Agroécologie du  Centre Inra de Bourgogne Franche-Comté à travers son expertise reconnue en matière d’étude de la qualité biologique du sol, sera stimulé par un partenariat entre les chambres d’agriculture et l’Observatoire français des sols vivants (OFSV), signée à Paris le 18 mai dernier.

Par Ludovic Piquemal
Mis à jour le 15/06/2017
Publié le 07/06/2017

L’OFSV a pour mission de bâtir des outils de mesure de l’impact des pratiques agricoles sur la qualité biologique des sols, en partenariat avec le secteur de la recherche. Le REVA, qui en est issu à travers le projet Agrinnov (CAsDAr 2011-2015), rassemble déjà 250 agriculteurs, dont une moitié de vignerons et l’autre en grandes cultures. Répartis sur toute la France, ils sélectionnent et testent ces outils sur le terrain. Les différents indicateurs utilisés (biomasse et diversité des microorganismes et de la faune du sol, dégradation de la matière organique, structure du sol…) permettent de fournir, pour chaque exploitation, un état du patrimoine biologique et de la fertilité du sol.

Grâce à ce partenariat avec les chambres d’agriculture, qui forment un maillage territorial resserré, un très grand nombre d’agriculteurs vont pouvoir être à leur tour sensibilisés à la question de la qualité biologique des sols. Les techniciens de chambres d’agriculture seront eux aussi formés aux outils d’analyse. Cela permettra de les impliquer dans l’animation des groupes d’agriculteurs du REVA.

Investi du fait de son expertise en la matière, le Centre Inra de Bourgogne Franche-Comté a participé à la signature de cette convention de partenariat. Il y était représenté par Philippe Lemanceau, directeur de l’UMR Agroécologie et Lionel Ranjard, directeur de recherches en écologie microbienne des sols, ancien responsable du projet Agrinnov, et désormais coordinateur scientifique national du REVA.

L’apport des chercheurs de l’UMR Agroécologie au REVA va même encore plus loin puisque Nicolas Chemidlin en est le coordinateur des formations du quart nord-est, Samuel Dequiedt est impliqué dans la gestion des données et Pierre-Alain Maron dans la prospective sur la double performance (écologique et économique).